• Les 18/22 ans, la campagne présidentielle et les nouvelles formes d’actions politiques

    Découvrez les résultats de la nouvelle enquête menée par l'Ifop pour l'Anacej auprès des primo-votants dans le cadre de la campagne 2012, je vote.

    Ce sondage a été mené du 22 au 28 février auprès d’un échantillon de 805 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 22 ans*, qui voteront pour la première fois à une élection présidentielle. Cette enquête porte sur l’intérêt des nouveaux électeurs pour la campagne présidentielle et sur les différentes formes d’actions politiques qu’ils mènent.

    Découvrez les résultats de ce sondage, la synthèse et les réactions de l’Anacej, d’Anne Muxel, directrice de recherches au CEVIPOF, de Pierre Bréchon, professeur de science politique à l’IEP de Grenoble et de Bernard Roudet, chercheur à l’INJEP.

    Quels résultats retenir ?

    Comme notre enquête de novembre 2011, ce nouveau sondage démontre que les jeunes ne sont pas dépolitisés, bien au contraire. Ils s’intéressent encore plus à la campagne présidentielle qu’en novembre (67% contre 55%) et d’une part similaire à l’ensemble de la population (68%**). Les nouveaux électeurs sont en revanche assez critiques vis-à-vis de cette campagne, mais un peu moins qu’en novembre. Seuls 55% déclarent qu’elle donne envie de voter (+2 par rapport à novembre), 36% qu’elle est de bonne qualité (+3) et 34% qu’elle aborde les vrais problèmes des gens comme vous (+6).

    Les thèmes qui importeront pour le choix du candidat sont nombreux. Tous les thèmes proposés comptent pour au moins un jeune sur deux dans sa décision au moment de voter. On distingue cependant que l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat, l’éducation, le logement (+5) et la santé sont au cœur de leurs préoccupations.

    Des nouvelles formes d’actions politiques plébiscitées par les jeunes

    Les 18/22 ans ont déjà souvent participé à des manifestations (49%) et signé des pétitions (60%). Ils mènent aussi un nombre important d’actions en lien avec Internet. 16% ont déjà transféré des informations politiques sur les réseaux sociaux, 15% par email, 12 % ont participé à des forums de discussion politique.

    Les autres formes d’action politique sont plus marginales, mais ils sont nombreux à être enclins à envisager certaines d’entre elles. 73% envisagent de consacrer un ou plusieurs week-ends à une cause, 66% participer à un conseil de jeunes, 62% à contacter un-e élu-e pour courrier, téléphone ou mail ou 57% assister à un meeting d’un candidat à l’élection présidentielle. Des questions spécifiques sur les conseils d’enfants et de jeunes montrent qu’ils jouissent d’une très bonne image et que les enquêtés sont favorables à leur généralisation.

    Téléchargez les réactions au sondage – PDF

    Téléchargez la synthèse de l’Ifop – PDF

    Téléchargez l’intégralité des résultats de l’enquête – PDF

    Contacts presse :

    Erwan Dagorne, responsable de la campagne 2012, je vote – 01 56 35 05 32 / 06 03 20 01 27

    Mikaël Garnier-Lavalley, délégué général de l’Anacej / 06 16 24 80 89

    * : sondage mené en ligne par questionnaire auto-administré selon la méthode des quotas

    ** : tableau de bord Ifop / Paris-Match du 1er et 2 mars 2012

  • Yann Arthus-Bertrand s'intéresse à l'un des enjeux majeurs de la survie des populations :

    Actualité du jour :   La soif du monde :  parler de l'eau ?
     
     
    Prenons soin de l'eau et quelle Belle image  dans se  Reportage
    L'eau potable provient à 62% des nappes souterraines, le reste étant puisé en surface. 90 % des cours d'eau sont pollués dans l'Hexagone. 77% des Français pensent que les eaux usées sont recyclées et rendues potables alors qu'en fait elles sont dépolluées puis rejetées dans la nature

  • Drame de Toulouse : ce que le Colt 45 révèle du tueur...

                        Le tueur a-t-il plutôt un profil de déséquilibré à la Breivik ou est-il un loup solitaire responsable de ses actes ? L'utilisation d'un Colt 45 - une arme de gangster, bruyante et lourde - semble discréditer la piste terroriste...

     

    Atlantico : Quel est votre sentiment sur les fusillade de Montauban et Toulouse, quant au modus operandi du tueur ?

    Xavier Raufer : L’étau se resserre autour de deux possibilités :   

    1. Le profil Breivik : un tueur de masse. Il tue de manière parfaitement maîtrisée. Il est capable de garder ses « petites histoires » pour lui. Ainsi, il est d’autant moins détectable qu’il agit seul. Il n’a y a donc pas de fragilité dans sa communication comme il pourrait y en avoir dans un groupe terroriste où les membres doivent sortir, revendiquer, etc. Un homme seul peut préméditer son crime pendant des années et rester totalement indétectable. Dans notre cas, il peut acheter un scooter et le peindre à sa guise d’un jour à l’autre, car tout se passe à l’intérieur de son cerveau. Dans ce cas, l’individu est fou comme un lapin. Il est psychotique ou victime de délires intérieurs et peut le dissimuler aux autres. Une partie de son délire peut consister à jouer au mec raisonnable vis-à-vis de son voisin de palier. Mais à un moment-donné,  il va se livrer à des excès. Dans ce cas de figure, cela est très inquiétant car si la planète pousse des cris à propos de ces crimes, le tueur pourrait « s’enivrer » et vouloir récidiver jusqu’à ce qu’il n’ait plus de munitions ou plus d’arme.

    1. 2. Le « loup solitaire », un individu sain d’esprit qui a une idéologie. Son idéologie peut être extrême ou farfelue mais il est responsable de ses actes. On a vu aux Etats-Unis, par exemple, le cas d’un tueur qui est entré dans une caserne pour un massacre. Il a été ensuite reconnu responsable de ses actes.

    S’il n’est ni un loup solitaire ni un tueur de masse, cela ne peut pas durer longtemps car l’arme dont il dispose démontre qu’il n’appartient pas au réseau criminel qui, lui, a accès aux armes de guerre en quantité. Si vous êtes braqueur, vous n’aurez aucun mal pour trouver une Kalachnikov.

    En l’occurrence, le fait justement que le tueur utilise une arme de poing de gros calibre telle qu’un Colt 45 peut-il trahir d’autres informations sur lui ?

    C’est la seule arme de calibre 11-43 disponible sur le marché. Elle n’est jamais utilisée par les terroristes. A ma connaissance, aucun terroriste depuis les années 1980 et Action directe, ne l’a utilisée car c’est une arme extrêmement lourde, encombrante, très bruyante et avec un recul énorme. En plus quand on tire, l’arme produit une flamme de 10 cm. Autant utiliser un obusier !

    Les terroristes préfèrent des armes plus petites et moins bruyantes pour agir discrètement et sans réveiller tout le quartier. On évite les calibres phénoménaux comme le 11,43 mm. On prend du 22 Long Rifle, du 6,35 mm, du 7,65 mm ou à la limite du calibre 38 mm.

    Dans son optique de tuer des gens, on pourrait penser qu’il aurait plutôt intérêt à utiliser une arme automatique comme  un fusil mitrailleur. S’il n’en a pas c’est qu’il n’a pas accès à ce genre de chose et qu’il tire avec les armes qu’il a pu trouver…

    C’est une arme de gangster car dans ce cas, quand le milieu tire sur des individus, il faut que la première balle assomme complètement celui qui est en face et l’empêche de riposter. Et quand on vous tire dessus avec cette arme : c’est un peu comme si vous preniez l’autobus à 50 Km/h dans la figure : vous faîtes un bond de 3 m et généralement vous êtes mort. Cela fait des trous de la taille d’une pièce de 2 euros…

    Le Colt 45 a été inventé en 1911 pour être utilisé pour des coups de grâce, par exemple. Ca n’est pas une arme de guerre. Le calibre de l’Otan ?du 5,56mm- n’équivaut qu’à la moitié de celui du Colt 45. Le seul « avantage » de cette arme c’est que si elle touche : elle tue.