11/03/2016

L'After Planet'AIR

Et si on passait à l'action ?!?!? Voici des outils, émanations de ces trois journées de folie !!! 

Couv%20Libr%20AIR.png

Au cours des ateliers de Planet’AIR en septembre 2015, les 300 ambassadeurs se sont penchés sur huit questions pour prendre de la hauteur sur la participation des jeunes au sein de l’APF et plus largement sur leur engagement pour une citoyenneté active.
Voici la synthèse de leur cogitation.
A vous de choisir le ou les thèmes pour lesquels vous voulez poursuivre la réflexion, pour l’enrichir, pour débattre entre vous, pour associer d’autres jeunes ou moins jeunes, pour interpeller les acteurs de l’APF et peut être pour passer à l’action !

 

 

 

 

Dans une galaxie composée des planètes Actions, Initiatives et Rêves, les ambassadeurs ont pu explorer couv%20invent%20AIR.pngsur la base de la rencontre, du partage et de l'échange. Chacun y était tantôt acteur, tantôt spectateur, ce qui a permis tout à la fois « de donner et de recevoir ». 

Voici un récap sous forme de fiches de tout ce qui a été présenté !!! A vous de jouer pour vous en inspirer, et donc pour passer à l'action et ainsi inventer et créer de nouvelles fiches !!! 

08/01/2016

Il ne faut pas craindre de s’engager… n’ayez pas peur de faire les choses à fond !

Florence.jpgAncienne volontaire en service civique à la Délégation APF des Yvelines, Florence, 26 ans, est devenue Lauréate de la Promotion 2015 de l’Institut de l’Engagement : « J’étais chargé de projet accessibilité. Je m’occupais d’une part de gérer un groupe de travail qui recevait les demandes d’accessibilité dans le département des Yvelines et j’ai aussi monté les premières étapes d’une enquête d’accessibilité des lieux publics à Versailles. »

Cette jeune femme pétillante, à la recherche d’une expérience dans le milieu associatif s’est totalement investie dans sa mission de volontaire, ce qui lui aura permis de se découvrir de nouvelles qualités : « De pouvoir aborder ce qui touche à l’accessibilité, c’est ce qui m’a vraiment poussé […] J’ai très bien vécu ma mission, ça c’est très bien passé. En termes de contenu c’était très intéressant. J’ai vraiment pu apprendre à développer des qualités humaines et des qualités professionnelles. J’ai surtout apprécié le fait d’avoir des responsabilités.

« Il faut être force de proposition. Il ne faut vraiment pas hésiter à demander à être impliqué dans telles ou telles missions au sein de l’association. […] Foncez ! Mettez le paquet ! N’ayez pas peur de faire les choses à fond. Les résultats seront toujours là ! » conseille la jeune femme qui sait de par son expérience à l’APF que l’engagement et la volonté sont indispensables pour progresser.

Grâce à son service civique, Florence a pu intégrer l’Institut de l’Engagement, qu’elle considère comme une formidable aventure et un défi enthousiasmant : « Etre Lauréate de l’Institut de l’Engagement c’est une superbe opportunité pour moi. Grâce à l’APF, j’ai pu avoir de l’aide pour ma candidature à l’écrit de la part des membres de ma délégation. Ils m'ont également coaché pour l’oral de sélection ».

Le parcours de Florence est un bel exemple de détermination qui vient rappeler que tout comme elle, de nombreux jeunes accomplissent des missions solidaires au sein de l’APF à destination de personnes en situation de handicap et contribuent aux actions de revendications et de proximité de l’association.

 

S’impliquer et s’engager, ça fait voir des étoiles…

William.jpgAnciennement volontaire en service civique dans une délégation APF, William 25 ans, est lauréat de la promotion 2015 de l’Institut de l’Engagement.

Après une expérience professionnelle particulièrement difficile, William est tombé un peu inopinément sur ce service civique qui s’avérait être une vraie aubaine : « J’étais dans une période de recherche d’emploi et je sortais d’un stage ou j’ai eu l’impression d’être un bon à rien. Pendant que je cherchais des conseils de jardinage pour ma grand-mère, paraplégique suite à un AVC et qui adore jardiner, je suis tombé sur Faire Face, le magazine de l’APF qui m’a fait découvrir l’association et de fil en aiguille, une recherche Google a fait remonter l’offre de service civique. J’ai pensé que ça pouvait être le moyen de faire quelque chose d’utile et de constructif et d’avoir une première expérience avec le monde du handicap. Je pensais aussi que ça m’aiderait à mieux comprendre la nouvelle situation de ma grand-mère… »

Retenu pour la mission, William s’est tout de suite mis au travail : « J’avais pour mission de développer l’offre de sensibilisation au handicap moteur de ma délégation. A savoir, créer des outils de sensibilisation, développer des documents de communication pour promouvoir le projet et animer un groupe de travail sur la sensibilisation avec des bénévoles et des adhérents. »

Une mission qu’il a très bien vécu : « C’était vraiment une mission très riche ! J’ai rencontré des gens formidables ! Que ce soit l’équipe de ma délégation ou les bénévoles et adhérents qui m’ont rejoints dans ce formidable travail de sensibilisation et de communication. J’ai particulièrement adoré l’aspect gestion de projet ou je pouvais proposer des choses, en discuter avec ma tutrice, la directrice de la délégation, qui s’est montré d’un très grand soutien. J’ai senti que j’étais très bien intégré à la vie de la délégation, ça m’a donné envie de m’investir, de dépasser ma mission, de proposer encore plus de choses, de véritablement m’engager dans l’association. Honnêtement, ce service civique m’a reconstruit. Il m’a redonné confiance en moi et m’a permis de croire en mes capacités. »

Grâce à son expérience au sein de l’APF, William a pu candidater à l’Institut de l’Engagement, cependant comme l’implique le nom de l’organisme, c’est avant tout l’engagement qu’il a mis en avant : « Pour postuler il faut valoriser l’expérience que l’on a durant son volontariat. La richesse de ma mission a nourri mon dossier. J’ai aussi bénéficié du soutien, des conseils et d’un temps de préparation avec un salarié de la délégation et avec la directrice. Certes, mon travail a aidé à la rédaction de mon dossier, mais beaucoup de questions reposent avant tout sur le candidat, son implication et sa volonté d’engagement. Ma délégation APF m’a donné envie de m’engager. »

Être Lauréat de la Promotion 2015 est comme une expérience formidable qu’il considère comme un grand honneur mais aussi une opportunité professionnelle : « L’Institut m’encadre dans la définition et l’aboutissement de mon projet. Ma chargée d’accompagnement me conseille, me guide, nous discutons ensemble et elle me met en relation avec des professionnels qui m’aident à structurer ma démarche. L’Institut  m’a également recommandé pour des candidatures, fait circuler mon CV à son réseau professionnel. C’est une excellente opportunité. »

« L’équipe est formidable et j’ai rencontré des gens merveilleux, que je ne savais pas exister et que je découvre encore. C’est juste génial ! J’apprécie d’être en contact avec des personnes qui partagent le même intérêt pour l’engagement, qui sont à la fois motivés, investis et heureux de leur accomplissement personnel. J’ai pu faire la connaissance de très belles personnes, développer mon projet personnel, rencontrer des professionnels et bénéficier de leur conseil. C’est une grande aventure. », raconte-t-il.

Enfin, c’est avec beaucoup l’enthousiasme d’un volontaire et d’un lauréat qu’il conclue : « Si vous aimez ce que vous faîtes et ce que vous avez fait durant votre service civique alors vous n’aurez pas de difficulté à le défendre auprès du jury. La motivation et l’implication sont très importants et je pense qu’il y a beaucoup de raisons de s’impliquer au sein de l’APF à la fois pour l’association, mais aussi pour soi-même […] Quand on est Lauréat de l’Institut de l’Engagement, on rejoint une vraie petite famille d’engagés et autant de bonne volonté, ça fait voir des étoiles :D »